Ensemble pour une vie meilleure – Projet d’inclusion sociale et économique de la communauté Rom de Satmarel‘  C’est le projet que mène Aide et Action en Roumanie en collaboration avec l’association Roumaine STEA. Mais qui est STEA ?

C’est une petite association roumaine qui voit grand.

Lisez cet article qui vous donnera peut-être l’envie d’aider cette association !

L’Association Stea a été créée en 2004 par des bénévoles étudiants Roumains et Français pour répondre aux besoins des enfants et des jeunes les plus démunis de Satu Mare qui vivaient à la rue suite à la fermeture des nombreux orphelinats roumains hérités de l’époque communiste. Elle accueille et accompagne aujourd’hui des enfants et leurs familles qui vivent dans un bidonville dans le quartier Satmarel à la périphérie de la ville de SATU MARE au nord-ouest de la Roumanie.

Ses actions

1- La scolarité des enfants :

45 enfants roms du bidonville de Satmarel à Satu Mare bénéficient durant toute l’année d’un programme de soutien scolaire proposé trois après-midis par semaine dans les locaux mis à disposition par l’école. STEA leur fournit ces jours-là des repas chauds. Ils sont ensuite répartis en petits groupes de 4 ou 5, par niveaux, et pris en charge par des enseignantes recrutées pour assurer des activités d’aide aux apprentissages et d’alphabétisation (la plupart de ces enfants parlent le hongrois à la maison et ne maitrisent pas bien le roumain). Des salariées de STEA ont participé à ces activités tout au long de l’année et ont assuré le lien avec les familles.

Les premiers mois ont été difficiles, il a fallu un peu de temps pour que les enseignantes s’adaptent à cette mission particulière avec ces enfants souvent laissés de côté. Il s’agit de leur redonner confiance en eux, d’augmenter leur intérêt pour les apprentissages, de lutter contre l’absentéisme et la déscolarisation et de leur permettre d’acquérir le niveau minimal requis en fin de primaire.

L’évaluation faite à la fin de l’année de l’année 2019 était très encourageante :

  • 1/3 des enfants ont eu une assiduité très bonne, supérieure à 80% et près de 60% ont suivi au moins la moitié des séances.
  • Les enseignantes déclarent que plus du tiers des enfants ont bien progressé en roumain, et la moitié en mathématiques.
  • Les familles ont été associées régulièrement au programme. 16 des 22 parents des enfants concernés ont participé à la réunion bilan de fin d’année avec les enseignantes et les professionnels de STEA.
  • 4 adolescentes ont terminé avec succès leur 8ème et dernière année de primaire, et, grâce à l’intervention de STEA, 2 d’entre elles vont intégrer une école professionnelle à la rentrée.
  • 17 enfants sont inscrits à l’école maternelle pour l’année qui vient (jusqu’à présent, les parents refusaient de scolariser leurs enfants avant 6 ans).

2- Activités complémentaires avec les enfants 

  • Projet SESAME

A l’automne 2018, une photographe française, Lucie Moraillon, a animé un atelier de 6 jours avec les enfants de Satmarel. Elle a mis à leur disposition des appareils photos, et ils ont réalisé eux même beaucoup de prises de vue de leur quartier. Une nouvelle session a été réalisée cet été 2020.

Après avoir été présentées aux familles et à l’ensemble de la communauté, les photos vont être exposées à l’Institut français de CLUJ-NAPOCA en Septembre.

Ces ateliers ont permis de créer de liens de confiance avec les enfants et leurs parents. Des habitants ont largement ouvert leurs portes et ont volontiers répondu aux questions concernant l’éducation de leurs enfants, la santé et la nutrition, l’emploi, leurs conditions de vie. Voir ici une courte vidéo du projet.

  • Coopération transfrontalière :

STEA a eu l’opportunité de participer à un projet européen de coopération transfrontalière, pour développer les compétences des enfants grâce à l’apprentissage du jeu d’échecs. Les enfants les plus motivés ont ainsi pu bénéficier de cours hebdomadaires avec un professeur spécialisé. Un grand concours a été organisé à Satu Mare, avec plus de 120 enfants hongrois et roumains (dont 35 suivis par STEA).

  • Le programme « Edumotivation »

Cette action est financée par le CCFD Terre Solidaire. Elle a pour but de faire découvrir aux enfants des métiers artisanaux (électrotechnicien, menuisier, cuisinier, potier…). et de leur donner envie d’aller à l’école pour pouvoir à terme se former à ces métiers

3- Le soutien aux parents

Une relation de confiance s’est construite petit à petit, à partir d’aides aux démarches ou d’accompagnements vers les services médicaux (grâce à une fondation suisse, en 2019, 119 personnes ont été aidées pour l’achat de médicaments prescrits, 4 enfants ont eu des soins dentaires, et 2 enfants ont pu grâce à STEA avoir les lunettes dont ils avaient besoin). Des conseils psychologiques ont également été proposés, et beaucoup de parents ont acquis davantage de confiance en eux et ont pu développer une meilleure relation éducative avec leurs enfants.

Ce qui caractérise cette communauté est l’absence de solidarité entre les familles, les relations sont absentes ou conflictuelles. Les salariés de STEA ont conscience qu’il faudra, pour les années qui viennent, et grâce au travail social communautaire, essayer d’améliorer leur implication, pour qu’ils deviennent réellement des acteurs de développement de leur quartier.

4- L’insertion sociale et professionnelle :

Le jardin d’insertion permet à des parents du quartier de Satmarel d’avoir une activité très valorisante. Les résultats de leur travail sont impressionnants. Les clients sont nombreux pour acheter ces paniers de beaux légumes bios cultivés selon les méthodes de l’agro écologie (peu répandue en Roumanie).

Toutes les personnes qui travaillent au jardin potager reçoivent en fin de mois l’équivalent de bons d’achat pour de la nourriture, des produits d’hygiène, ou des vêtements pour leur famille.

5- Aide et Action et STEA

Depuis sa création, STEA est soutenue par des partenaires français : en premier lieu il y a une quinzaine d’années par SER (Solidarité Enfance Roumanie), association parisienne, puis il y a 10 ans par GIR (Grenoble Isère Solidarité). Le CCFD Terre Solidaire s’est également associé en 2017.

C’est Aide et Action Isère qui en 2018, a mis en relation l’association GIR avec la direction nationale. Des contacts ont été pris, des représentants d’Aide et Action se sont déplacés et ont rencontré l’équipe… et ont été séduits, comme tous ceux qui rencontrent cette association, par son dynamisme et son sérieux.

Aide et Action a permis de donner une autre dimension au projet associatif de STEA en proposant une importante aide logistique et financière.

Le défi actuel est de permettre l’inclusion de la communauté Rom dans le quartier de Satmarel en expérimentant à compter de la rentrée scolaire, une approche prenant en compte l’ensemble des enfants de l’école. Et, si on rêve un peu, de construire une méthode qui pourra être reproduite en Roumanie et dans d’autres pays !

6- Le financement :

Aide et Action assure la plus grosse partie du financement du programme Satmarel. Le budget global est équilibré grâce notamment aux dons des partenaires français.


Vous avez lu cet article et vous avez peut être envie d’aider cette association ? Alors, suivez ce lien