Haïti des lendemains qui tremblent

vendredi 2 mai 2014
par  Philippe Savoye

"On ne parle pas d’avoir faim parce qu’on n’a pas mangé depuis un moment. On parle de quelqu’un qui n’a jamais mangé à sa faim de tout temps, ou juste assez pour survivre et en être obsédé." (Dany Laferrière, académicien)

Voyager permet la rencontre, la découverte, découvrir une partie de soi-même à travers l’Autre, de faire naître de nouvelles interrogations. Mais il est des lieux où l’on ne revient pas "indemne", tant la confrontation aux Personnes, aux réalités, à la responsabilité collective touche au plus profond de soi. Je dois dire qu’il en est ainsi de ce séjour à Haïti, peuple attachant mais dont les initiatives se heurtent à un carcan international et ses "marionnettes" muselant la richesse locale. L’effet "tremblement de terre" ne faisant qu’amplifier ce mal.

[Un parrain d’Aide et Action a rencontré, pendant son voyage, les responsables des programmes d’Aide et Action en Haïti et en République dominicaine. Il nous parle de ce qu’il a vu, et vous pouvez lire et télécharger son article paru dans "Inter Peuples".]

Cliquez ici pour télécharger l’article d’Inter peuple

Et lisez ici ce qu’il dit plus particulièrement du travail d’Aide et Action :

Rencontre avec Alain Georges Bangoura, délégué pays, guinéen, en poste depuis 2008 et Emmanuel Michel Basile, coordinateur A&A plateau central (et de 1984 à 87, vice-ministre de l’éducation)

Contexte


A Haïti, 80 à 85 % des établissements scolaires primaires sont privés. « Durant de nombreuses années le secteur de l’éducation a été délaissé par les gouvernements successifs, ce qui a amené les associations à s’y engouffrer, pallier ce vide. Le lobbying des écoles privées est très fort. Aujourd’hui, les autorités publiques manifestent un certain intérêt, mais il est parfois difficile de suivre leurs projets ». Le gouvernement a lancé le « PSUGO » (Programme de Scolarité Universelle Gratuite et Obligatoire) qui attribue une dotation de 90 $ par élève. Si le principe a été adopté il y a trois ans, la loi concernant sa mise en application n’est toujours pas votée… mais visiblement l’argent dépensé !

Les actions


Les actions sont cogérées avec la République Dominicaine pour une économie d’échelle et une cohérence territoriale.

En ce début d’année 2014, 2.027 parrains (dont les apports sont mutualisés) soutiennent les deux projets haïtiens : NAP VANSE (projet post séisme) et une intervention en limite de la République dominicaine. A&A est membre du CLIO (Comité de Liaison Inter ONG), qui regroupe les organisations intervenant dans le secteur de l’éducation dans le pays. Aide-et-Action est présent depuis 1999, et intervient dans l’éducation au sens très large, sur tout ce qui favorise sa mise en œuvre (environnement, santé, etc.). Aujourd’hui 16.000 enfants sont concernés. Les lieux et cibles d’intervention reposent, sur les réalités sociales, socio-économiques de la population à partir de demandes locales.

Nap vanse


Les actions de soutien après le séisme furent multiples (et non détaillées ci-dessous). Il est à souligner que lors d’une rencontre avec un président d’université, celui-ci précise avec autorité « Aide et Action est le contre exemple des ONG ! Lors du séisme, l’association n’a pas agi de sa propre autorité en menant telle ou telle action en fonction de sa propre logique, mais elle est venue nous rencontrer en nous demandant qu’elle aide elle pourrait apporter. C’est grâce à son concours que nous avons pu poursuivre les cours dans la rue pendant six mois, sous des tentes… »

La reconstruction du pays fait apparaître cruellement l’absence de professionnels dans le BTP. Avec le concours de Schneider Industrie, A&A organise un cycle de formation professionnelle pour des jeunes (garçons comme filles) intégrant les diverses professions : maçonnerie/gros œuvre, construction bois, électricité… Une première cohorte de trente jeunes a été formée dont la quasi-totalité trouve un emploie immédiatement. Afin de rendre ces jeunes opérationnels, ces formations sont concentrées sur un curriculum de 4 mois (500 heures) où 80 % concerne la pratique. Par exemple, travail théorique, les jeunes dessinent une charpente. Opération pratique ensuite, ils vont acheter le bois, les clous, etc. et construisent la charpente qui aura son utilité effective. Ce projet est rendu possible, également par la venue annuelle de quatre professeurs français (deux de Guadeloupe et deux de Bordeaux) qui réalisent des formations de formateurs pour professionnaliser ce projet.

Secteur frontalier avec la République Dominicaine,


A&A intervient actuellement dans les localités de Bettadere, Savanette et Los Cabos (et à un degré moindre dans celles de Gonaïves et Ouanamith). Cette action résulte du constat que les familles envoient leurs enfants en République dominicaine afin de bénéficier d’une scolarité de meilleure qualité. Cependant, les enfants subissent de fortes discriminations, sont « maltraités » du fait de leur nationalité… de plus ils ne parlent pas la même langue ! Parmi les innovations, A&A a mis en place des gouvernements scolaires. Il s’agit d’un projet à l’appui à la décentralisation éducative : chaque classe élit un député, et ces jeunes assurent des responsabilités élargies : « nous avons constaté que la présence de gardiens n’était plus nécessaire. Action inscrite dans le temps, car dans les sites que nous n’accompagnons plus depuis deux ans, l’activité demeure et le village, la communauté, se prend davantage en charge ».
Cet accompagnement des écoles est validé et suivi par le ministère de l’Éducation « le travail s’effectue avec l’inspecteur de la zone, du district et « le directeur départemental ».

Convention d’objectifs 2014/2016

Ce document, en cours de finalisation s’oriente vers :
- (Thématique éducation à la vie) La formation professionnelle des jeunes aux métiers du bâtiment (phase 2), avec l’objectif d’en former 500.
- (Thématique : urgence et pos-urgence) Nap vanse, phase de clôture 2, avec soutien aux cantines scolaires.
- (Thématique : éducation inclusive) L’enregistrement électronique des naissances à Léogâne (faible taux d’enregistrement des naissances).
- (Thématique : accès et qualité de l’éducation) La qualité éducative en milieu scolaire (Zone frontalière et Léogâne), avec la formation de 1.500 enseignants.
- (Thématique : migration) L’observatoire binational des universités (mise en réseaux et synergies entre universités, Etat et les populations).

Cliquez ici pour télécharger l’article


Agenda

<<

2018

 

<<

Avril

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30123456
Aucun évènement à venir les 12 prochains mois